Article Ouest France du 24/08/2020

Corps

La Banque Alimentaire craint d'être débordée

Le nombre de bénéficiaires de l'aide alimentaire a augmenté de près de 50 % depuis mars. Les associations s'inquiètent d'une dégradation de la conjoncture économique à la rentrée.

Frappés par les conséquences économiques du Covid-19, de nombreux Français ont été contraints de se tourner vers l'aide alimentaire. Selon les chiffres de la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) leur nombre est passé de 5,5 millions avant le confinement à quelque 8 millions.

"C'est une augmentation plus rapide et plus importante qu'après le crise financière de 2008", constate Laurence CHAMPIER, directrice générale de la Fédération française des banques alimentaires (FFBA), Face à cette poussée, l'État a alloué 55 millions d'euros pour soutenir les pourvoyeurs d'aides alimentaires.

Cette augmentation est visible partout en France, "Depuis le confinement, on observe une hausse de 30% du volume de produits distribués, avec un pic de 38% au mois de juin", confie Gilles LE POTTIER, président de la Banque alimentaire de Rennes.

Les mois à venir concentrent les inquiétudes des associations, qui redoutent une forte hausse du taux de chômage. Le profil des nouveaux venus est différent des demandeurs habituels. "Nos centres sont plutôt fréquentés par des familles mono-parentales et des migrants, développe le responsable. Mais nous voyons de plus en plus d'étudiants précaires et d'intérimaires qui ne trouvent pas de travail."

"Il manque des volontaires"

La FFBA craint quant à elle de ne pas pouvoir reconstituer ses stocks dans lesquels les distributeurs ont puisé près de quatre mois, "Nous n'avons pas pu effectuer notre collecte de printemps. Il faut que celle de novembre puisse se tenir car elle représente environ 24 millions de repas chaque année", s'inquiète Laurence CHAMPIER À titre exceptionnel, la Fédération a été forcée d'acheter des produits.

Pour assurer la bonne distribution des denrées, la Banque alimentaire recherche des bénévoles. "Il nous manque entre 800 et 1000 volontaires à l'échelle nationale, indique sa directrice générale. Nous pourrions faire appel à la réserve civique".

Malgré tout, chacun se veut rassurant sur la capacité des distributeurs d'aides alimentaires de faire face à la crise. "La Banque alimentaire est bien rodée. Il y a parfois des à-coups mais l'essentiel est toujours assuré" conclut Gilles LE POTTIER

Matthieu LASSERRE.

Ressources utiles